Livraison France offerte dès 150,00 €
Nous contacter : + 33 1 40 74 09 81

FLASHBACK : NEW YORK, 1999

_29-01-2019-14-12-34

J’ai commencé à travailler en juillet 1998, dans une société de conseil. Je n’étais pas certaine de ce que je voulais faire je crois, mais je n’avais qu’une hâte à la fin de mes études, démarrer un boulot, gagner mon premier salaire, commencer à construire ma vie de jeune adulte. Le conseil, ça semblait assez généraliste pour découvrir le monde du travail.

J’ai atterri en mission derrière un ordinateur dans une tour à La Défense, avec des gens, fort sympathiques au demeurant (Jean-Pierre, si tu m’écoutes 👋🏻), qui étaient là depuis 15, 20, 30 ans, attachés à leurs avantages acquis, leurs pauses café, leurs compte-rendus de week end.

Au secours. Ça allait pas le faire. Ça allait pas être ça les 40 prochaines années de ma vie professionnelle.

A cette même période, j’ai vu ce film avec Anne Heche, 6 jours 7 nuits, qui se passe sur une île déserte. C'est un film très moyen, enfin disons, divertissant mais sans grand intérêt, mais au début du film, pendant les 3 premières minutes je pense 🤣, on la voit dans sa vie à New York, dans le blizzard, un café à emporter dans la main. Je me suis dit que c’était là que je voulais aller. Et un ami m’a envoyé cette annonce pour un stage long là-bas. J’ai postulé, passé les entretiens, attendu avec impatience, et on m’a dit c’est bon, parfait, on a un job pour vous, c’est à Londres. Ah nan nan j’ai dit, je veux aller à NY. Nan mais sérieux, à 22 ans, c'était gonflé quand même. N'empêche que j'ai été entendue.

Le lendemain, je mettais fin à ma période d'essai. Un mois plus tard, un vendredi soir, je faisais un diner d'au revoir, le samedi je déménageais tout mon petit appart chez mes parents, le dimanche j'étais dans un avion Tower Air avec mes deux valises direction New York où je n'avais jamais mis les pieds. Le lundi matin j'arrivais à mon nouveau bureau, qui allait le rester pour 4 années (le stage long s'est transformé en contrat local).

Rien que de l'écrire me file des frissons. Je me revois dans ce taxi qui m'amenait de l'aéroport à l'appart que j'avais sous-loué pour 15 jours, le temps d'en trouver un. Je le revois enchainer les blocs, je revois défiler ces néons. Je vois aussi ces cafés, qui me faisaient penser à ces films de Meg Ryan, je découvre cette vie si différente de celle que je connaissais. Partir vivre à l'étranger, c'est un peu être en vacances tout le temps. Tout est nouveau, tout est dépaysant. On pose ce regard curieux et non pas critique. On découvre, on compare, on apprécie.

Le lundi matin, je suis partie sous un grand soleil d'hiver, marcher dans les rues, bien couverte, pour rejoindre ce qui allait devenir mon bureau, avec un immense sourire aux lèvres. J'ai acheté un muffin et un café à un vendeur ambulant. J'avais 22 ans, j'étais seule, je ne connaissais personne, mais je commençais à réaliser un rêve.

Commentaires

  • Marielle -

    Magique, je témoignage ! Quel culot, qu’elle aventure ce du être !
    J’aurais adoré avoir ce même courage.

    • anne-sophie -

      je ne sais pas si je l’aurais encore maintenant !…

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ou partagé